Histoire de ZAZOU du 14 Février 2018.

  

Belle relation entre un cheval minorquin et son propriétaire…

 

Zazou a donc été opéré...... je ne pouvais pas me résoudre de « l’endormir » Il a passé toutes les épreuves avec succès... opération, réveil, acceptation du plâtre, isolation dans la clinique (j’allais le voir tous les jours avec carottes et pommes pour la vitamine C). Pour le retour au Ranch, il est monté dans le van avec son plâtre sans problème en me suivant tranquillement, à la grande surprise des vétos....... qui disaient que c’est le candidat idéal pour cette opération..... peut-être, mais j’aurais préféré différemment ... .

 

Maintenant il reste en box avec calme, température tous les jours. Il n’a pas le droit de se déplacer, seulement dans le box et avec la possibilité de se coucher pour économiser les autres membres. Et ....pendant 8 semaines. Il faut qu’il tienne!!!!!!

 

Après radio, et peut-être autre plâtre.....en attendant d’aller, enfin au pré en boitant, mais vivant....pour brouter de la bonne herbe.

 

À moi de lui apprendre des tours et des démonstrations pour ne pas perdre le moral et garder son rang dans la cavalerie (c’était le chef).

 

Bien sûr, on ne pourra pas le monter (voir radio). Mais on ira se balader tous les deux à pied, en longues rênes ... à voir.

 

Voilà, ce que peut faire un Minorquins qui, je pense, à confiance en moi et au Ranch, il est donc capable de garder le moral.

 

Quand je l’ai vu tremblant et transpirant à la clinique, je pense qu’inconsciemment il se savait perdu, comme le serait un cheval sauvage dans la nature. Quand je l’ai aidé à se tenir et lui donnant des carottes, je l’ai vu se ressaisir et, peut-être comprendre qu’on était là pour l’aider surtout avec l’attelle. Toujours inconsciemment, il comprenait qu’on le sauverait...

 

Jean-François

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

Histoire de ZELDA du 19 Novembre 2018.

 

Madame,

 

Je vous envoie ce mail suite à la discussion que nous avons eu à Equita Lyon.

 

Je m’excuse de vous envoyer ce mail aussi tardivement mais j’ai été très prise.

  

Concernant le témoignage, Zelda est une jument de propriétaire en pension les mois d’hiver dans le centre équestre où je travaille.

 

Lorsqu’elle est arrivée, ma patronne m’a dit que j’allais l’avoir au travail.

 

Une jument relativement lymphatique, froide à la jambe mais gentille et volontaire.

 

Une jument qui venait de passer presque 6 mois au pré à faire un peu de plat et de la balade.

 

Une jument d’un confort incroyable.

  

Tout l’année je l’ai travaillée sous l’œil de ma patronne et de sa propriétaire, autant en dressage qu’à l’obstacle.

 

 À un mois et demi de l’examen pratique pour le BPJEPS (monitorat), la décision de prendre Zelda pour le dressage s’est confirmée. 

  

Mon formateur n’a pas arrêté de me dire: « Tu prends des risques inutiles. », « La jument n’est jamais sortie en concours. », « Qu’est-ce que tu veux aller présenter l’examen de dressage avec un cheval de balade ? ».

  

Quinze jours avec l’examen, nous avons participé toutes les deux à un stage organisé par Nicolas BRODZIAK où à la fin des deux jours, nous étions aux changements de pieds au temps. Une jument juste exceptionnelle !

 

Arriva le jours fatidique. L’examen se faisait au Parc du Cheval de Chazey-sur-Ain. 

 

Lors de la détente, une jument un peu volage à regarder ce qu’il se passe à droite à gauche, les chevaux qui sautent, les drapeaux, les chevaux de course galopant sur la piste juste au dessus ; mais une détente très propre.

 

Lorsque l’on est arrivé vers la tente des examinateurs, la jument s’est mise debout car à cause du vent, la tente bougeait.

 

Mon examinateur a prit un air consterné...

 

À partir du moment où l’on est rentré sur le carré jusqu’au salut final, .... Ce n’était pas la Zelda que je connaissais ! Une jument légère dans le travail, précise, concentrée au possible, des allures très aériennes.

 

En un mot... FANTASTIQUE !! 

 

Je suis extrêmement fière d’elle.

 

Je suis ravie d’avoir pu travailler avec une minorquine et d’avoir pu connaître cette race. 

 

Ce sont vraiment des chevaux fantastiques, froid dans leur tête et prêt à tout pour leurs cavaliers.  

 

Je suis ravie d’avoir pu faire votre connaissance.  

 

Cordialement, 

 

Eugénie

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------